Non au tirage au sort à l'université

Le 27 avril dernier, la circulaire n°2017-077 a été publiée au Bulletin Officiel.

Ce texte, adressé aux recteurs d'académie, ainsi qu'aux présidents d'université, prévoit la mise en

place de critères quant à l'acceptation des élèves en première année de licence ou PACES via la

plateforme APB. La nouveauté ici est l'inscription de manière formelle du recours au tirage au

sort, comme solution ultime pour arrêter un choix entre les étudiants de priorité égale.

Chaque année, grâce au boom démographique, plus de 30 000 nouveaux bacheliers arrivent sur

les bancs de l'université. Considérant cette donnée, le gouvernement aurait pu largement anticiper

cette explosion estudiantine et entamer une véritable politique qui redonne les moyens aux

universités d'accueillir toutes et tous de manière digne et égale.

Au lieu de cela, cette circulaire a été rédigée sans consultation des associations représentatives

des premiers intéressés. De plus, nous questionnons évidemment le timing de sa publication, en

pleine élection présidentielle, sachant qu'elle est applicable dès la rentrée 2017.

Le recours à l'aléa n'étant rien d'autre qu'un système de tri injuste qui peut aisément être

remplacé par une meilleure orientation des lycéens, afin de désengorger les filières les plus

touchées. Il suffit pour autant d'en donner les moyens aux établissements.

Par ailleurs, c'est la porte ouverte à tout type de sélection que nous craignons injustes et nous

déplorons par la même occasion le manque de mesure forte et courageuse afin de solutionner le

problème.

Étudiants Musulmans de France est très attaché au droit à l'enseignement supérieur et la

poursuite d'études. Ainsi, nous sommes farouchement opposés à tout type de sélection sur

critères injustes. Enfin, nous pensons véritablement que cette mesure, qui risque de laisser des

milliers d'étudiants sur le carreau, est malheureusement encore une autre opportunité manquée de

former une jeunesse française instruite et qui œuvrera demain au rayonnement de la France.

Dans un contexte particulier d’élection présidentielle, nous interpellons par ailleurs les candidats

à la présidence de notre pays et leur demandons de faire un pari sur l'avenir afin de nous garantir

à toutes et à tous un accès égal et juste à l'enseignement supérieur.

Étudiants Musulmans de France

Newsletter

Abonnez vous gratuitement à notre Newsletter

Agenda

Aucun événement

Faites un don